Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Dina Vierny, une vie pour l’art

  • Alain Jaubert
  • Marie-José Jaubert
2006
52

Synopsis

Alain Jaubert nous dévoile, en sa compagnie, l’étonnante personnalité de Dina Vierny, Russe née en 1919 et émigrée très jeune à Paris. Durant ces dernières décennies, elle a lutté pour redonner au sculpteur Aristide Maillol dont elle fut le modèle, la place officielle que son œuvre méritait. Devenue galeriste après la guerre, elle a pu finalement créer en 1995 un musée et une fondation consacrés au Maître et à l’art moderne.

Avec une fougue qui semble ne l’avoir jamais quittée, Dina Vierny revient sur les épisodes décisifs de sa vie. Sur des photographies des années 1930, une jeune fille en short, au visage très rond, les yeux en amande, sourit radieusement. On retrouve son corps nu très plastique dans les sculptures du vieux Maillol qui magnifient ses mouvements naturels. Mais Dina est un modèle insolite : pendant qu’elle pose, elle étudie la biologie. Intellectuelle, engagée politiquement, elle va conduire pendant la guerre les réfugiés en Espagne à travers les montagnes près de Banyuls. Quand Maillol l’apprend, il la peint dans sa robe rouge, son signe de reconnaissance. Elle échappe finalement à deux arrestations, pose pour Matisse et Bonnard. Après la mort du Maître, cette collectionneuse invétérée ouvre une galerie et expose Rodin, Laurens, mais aussi des abstraits ou des Primitifs. Elle suit avant tout sa “sensation”. Sa fondation Maillol sera pour elle une consécration.

(Laurence Wavrin)

Mots clés

  • modèle

Alain Jaubert nous dévoile, en sa compagnie, l’étonnante personnalité de Dina Vierny, Russe née en 1919 et émigrée très jeune à Paris. Durant ces dernières décennies, elle a lutté pour redonner au sculpteur Aristide Maillol dont elle fut le modèle, la place officielle que son œuvre méritait. Devenue galeriste après la guerre, elle a pu finalement créer en 1995 un musée et une fondation consacrés au Maître et à l’art moderne.

Avec une fougue qui semble ne l’avoir jamais quittée, Dina Vierny revient sur les épisodes décisifs de sa vie. Sur des photographies des années 1930, une jeune fille en short, au visage très rond, les yeux en amande, sourit radieusement. On retrouve son corps nu très plastique dans les sculptures du vieux Maillol qui magnifient ses mouvements naturels. Mais Dina est un modèle insolite : pendant qu’elle pose, elle étudie la biologie. Intellectuelle, engagée politiquement, elle va conduire pendant la guerre les réfugiés en Espagne à travers les montagnes près de Banyuls. Quand Maillol l’apprend, il la peint dans sa robe rouge, son signe de reconnaissance. Elle échappe finalement à deux arrestations, pose pour Matisse et Bonnard. Après la mort du Maître, cette collectionneuse invétérée ouvre une galerie et expose Rodin, Laurens, mais aussi des abstraits ou des Primitifs. Elle suit avant tout sa “sensation”. Sa fondation Maillol sera pour elle une consécration.

(Laurence Wavrin)

Découvrir d'autres films du même réalisateur-ice

  • Alain Jaubert

D'autres pépites du monde documentaire

  • André S. Labarthe
  • Janine Bazin
  • Serguei Loznitsa
  • Erik Bullot
  • Patrick Zachmann