Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
  • Accueil
  • Films
  • Sous les pavés, l’image / Une légende fin de siècle / Les allées du souvenir
  • Accueil
  • Films
  • Sous les pavés, l’image / Une légende fin de siècle / Les allées du souvenir

Sous les pavés, l’image / Une légende fin de siècle / Les allées du souvenir

  • Alain Jaubert
1989
3x30

Synopsis

La collection Palettes mène une véritable enquête policière pour dévoiler l’histoire de l’œuvre et les intentions du peintre. Grâce à l’animation vidéo, chaque tableau est analysé, décomposé et les secrets des images sont racontés comme autant d’aventures.

Ce DVD contient les épisodes suivants :

Sous les pavés, l’image – La Liberté guidant le peuple, Delacroix, 1830

Etude du tableau de Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1830), dans son contexte historique (les émeutes des 26, 27 et 28 juillet 1830 et la prise du pouvoir par Louis-Philippe) et artistique : sa place dans l’oeuvre du peintre, l’influence du Radeau de la Méduse de Géricault, l’accueil violent de la critique et le destin du tableau, selon qu’il fut jugé subversif ou non par le pouvoir. La description minutieuse des personnages révèle les intentions symboliques de Delacroix tandis que les rayons X (modifications et repentirs), la microscopie (étude des couches) et la palette graphique (composition et gamme chromatique) restituent sa technique picturale et les étapes de sa création. Le thème de la barricade a inspiré à Delacroix un condensé allégorique de l’insurrection populaire, une nouvelle forme de sacré.

(Agnès Rotchi)

Une Légende fin de siècle – Décoration pour la baraque de la Goulue, Toulouse-Lautrec, 1895

Avant d’analyser les deux panneaux peints par Henri de Toulouse-Lautrec en 1895 pour décorer le stand de la Goulue à la foire du Trône, Alain Jaubert nous replonge dans l’atmosphère du Paris noctambule de la Belle Epoque et ressucite les grandes figures qui le peuplaient : la Goulue, reine de l’Elysée-Montmartre et du Moulin Rouge, Valentin le Désossé, Jane Avril, Maurice Guibert, etc.

Suivant le principe de la série, support, liant, technique picturale et composition de ces deux panneaux de 3 x 3 m – constituant les plus grandes oeuvres de Lautrec – sont minutieusement étudiés tandis qu’est évoqué leur destin rocambolesque : découpées en morceaux par un marchand peu scrupuleux, elles ne seront reconstituées qu’à partir de 1929. Par ses peintures, ses affiches, ses dessins et ses lithographies consacrés au monde montmartrois dont il fut à la fois acteur et spectateur, Toulouse-Lautrec a produit un cycle d’images qui débordent du musée et perpétuent l’histoire de personnages devenus légendaires. Il invente un nouveau regard, montre les réprouvés et fait de la Goulue, reine du cancan, une sorte de déesse de la mythologie, le symbole de la part sauvage de la société.

(Agnès Rotchi)

Les Allées du souvenir – Les Jardins publics, Vuillard, 1894

Avec pour fil conducteur des esquisses préparatoires à la plume et au pastel et des extraits du journal d’Edouard Vuillard, Alain Jaubert nous fait découvrir progressivement les personnages, les formes et les couleurs inextricablement mêlés des neufs panneaux des Jardins publics peints par l’artiste en 1894 pour l’hôtel particulier d’Alexandre Natanson.

Le réalisateur dresse un portrait rapide d’Edouard Vuillard (1868-1940) et analyse minutieusement l’ensemble des panneaux conçus dans l’esthétique nabis et peints à la colle. Il les replace dans la pièce qu’ils devaient décorer et recolore un des panneaux disparu pendant la guerre, en se basant sur les indications de couleurs d’une ébauche et sur les panneaux voisins peints en continuité. Les Jardins publics restituent le monde de l’enfance. Ils sont la peinture sage d’un monde apparemment paisible. Mais en bordure, tout se trouble : sous-bois sombres, allées énigmatiques, personnages bizarres. Car le jardin n’est-il pas le premier espace d’aventure où se perçoit de loin, l’ambiguïté menaçante du monde ?

(Agnès Rotchi)

Mots clés

La collection Palettes mène une véritable enquête policière pour dévoiler l’histoire de l’œuvre et les intentions du peintre. Grâce à l’animation vidéo, chaque tableau est analysé, décomposé et les secrets des images sont racontés comme autant d’aventures.

Ce DVD contient les épisodes suivants :

Sous les pavés, l’image – La Liberté guidant le peuple, Delacroix, 1830

Etude du tableau de Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1830), dans son contexte historique (les émeutes des 26, 27 et 28 juillet 1830 et la prise du pouvoir par Louis-Philippe) et artistique : sa place dans l’oeuvre du peintre, l’influence du Radeau de la Méduse de Géricault, l’accueil violent de la critique et le destin du tableau, selon qu’il fut jugé subversif ou non par le pouvoir. La description minutieuse des personnages révèle les intentions symboliques de Delacroix tandis que les rayons X (modifications et repentirs), la microscopie (étude des couches) et la palette graphique (composition et gamme chromatique) restituent sa technique picturale et les étapes de sa création. Le thème de la barricade a inspiré à Delacroix un condensé allégorique de l’insurrection populaire, une nouvelle forme de sacré.

(Agnès Rotchi)

Une Légende fin de siècle – Décoration pour la baraque de la Goulue, Toulouse-Lautrec, 1895

Avant d’analyser les deux panneaux peints par Henri de Toulouse-Lautrec en 1895 pour décorer le stand de la Goulue à la foire du Trône, Alain Jaubert nous replonge dans l’atmosphère du Paris noctambule de la Belle Epoque et ressucite les grandes figures qui le peuplaient : la Goulue, reine de l’Elysée-Montmartre et du Moulin Rouge, Valentin le Désossé, Jane Avril, Maurice Guibert, etc.

Suivant le principe de la série, support, liant, technique picturale et composition de ces deux panneaux de 3 x 3 m – constituant les plus grandes oeuvres de Lautrec – sont minutieusement étudiés tandis qu’est évoqué leur destin rocambolesque : découpées en morceaux par un marchand peu scrupuleux, elles ne seront reconstituées qu’à partir de 1929. Par ses peintures, ses affiches, ses dessins et ses lithographies consacrés au monde montmartrois dont il fut à la fois acteur et spectateur, Toulouse-Lautrec a produit un cycle d’images qui débordent du musée et perpétuent l’histoire de personnages devenus légendaires. Il invente un nouveau regard, montre les réprouvés et fait de la Goulue, reine du cancan, une sorte de déesse de la mythologie, le symbole de la part sauvage de la société.

(Agnès Rotchi)

Les Allées du souvenir – Les Jardins publics, Vuillard, 1894

Avec pour fil conducteur des esquisses préparatoires à la plume et au pastel et des extraits du journal d’Edouard Vuillard, Alain Jaubert nous fait découvrir progressivement les personnages, les formes et les couleurs inextricablement mêlés des neufs panneaux des Jardins publics peints par l’artiste en 1894 pour l’hôtel particulier d’Alexandre Natanson.

Le réalisateur dresse un portrait rapide d’Edouard Vuillard (1868-1940) et analyse minutieusement l’ensemble des panneaux conçus dans l’esthétique nabis et peints à la colle. Il les replace dans la pièce qu’ils devaient décorer et recolore un des panneaux disparu pendant la guerre, en se basant sur les indications de couleurs d’une ébauche et sur les panneaux voisins peints en continuité. Les Jardins publics restituent le monde de l’enfance. Ils sont la peinture sage d’un monde apparemment paisible. Mais en bordure, tout se trouble : sous-bois sombres, allées énigmatiques, personnages bizarres. Car le jardin n’est-il pas le premier espace d’aventure où se perçoit de loin, l’ambiguïté menaçante du monde ?

(Agnès Rotchi)

Découvrir d'autres films du même réalisateur-ice

  • Alain Jaubert
  • Alain Jaubert
  • Marie-José Jaubert

D'autres pépites du monde documentaire

  • Benoît Martin
  • Caroline Leaf
  • Grant Heisler