Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cinéma, de notre temps DVD 1

  • André S. Labarthe
  • Janine Bazin
2006

Synopsis

Ce dvd contient les films suivant :

Chantal Akerman par Chantal Akerman (Chantal Akerman – 1996)

Un autoportrait… Pourquoi pas ?
Chantal Akerman, écrivain, Chantal Akerman actrice, Chantal Akerman réalisatrice ! De Saute ma ville à Un divan à New York, les démarches sont multiples et les chemins discernables. Nous sommes en face d’un être qui n’additionne pas mais qui multiplie les images, les paroles, les sens, tout en revenant sans cesse aux fondations de son être et aux décors quotidiens essentiels. Belleville, Bruxelles, peut-être New York. L’appartement, la rue et le revisionnage des films mais aussi de nombreux documents tournés en marge du travail comme sur le tournage de Golden Eighties.

John Cassavetes (Hubert Knapp, André S. Labarthe – 1969)

Pendant longtemps, John Cassavetes sera connu comme acteur, mais c’est évidemment comme auteur de films qu’il apparaît dans ce portrait. Lorsque nous le rencontrons, il est déjà l’auteur de trois films : Shadows, film indépendant réalisé à New York, puis Too Late Blues et A Child is Waiting, deux expériences hollywoodiennes qu’il juge désastreuses. Il vient de terminer le montage de Faces dont le montage durera trois ans. C’est le film de la naissance d’un cinéaste que nous proposons.
Trois ans plus tard, Faces est terminé et Cassavetes fait une escale à Paris, en route pour le festival de Venise. Ce n’est plus le même homme qui s’exprime, mais un homme mûri qui se retourne sur lui-même et tire les leçons de son expérience. Un homme qui raconte l’Amérique, l’entreprise de Shadows, film de l’adolescence et de l’espoir, et celles de Faces, le film de l’âge mûr et du désenchantement.

Alain Cavalier, 7 chapitres, 5 jours, 2 pièces-cuisine (Jean-Pierre Limosin – 1995)

Vis-à-vis avec Alain Cavalier, dans lequel le cinéaste dénoue le petit fil incandescent qui relie toute son œuvre, des films (lumineux, graves, légers) avec stars (Delon, Deneuve) de ses débuts à son dernier travail (lumineux, grave, léger) avec une seule personne comme sujet de film. Parcours de la maturité à la jeunesse qui s’accorde parfaitement avec la phrase de Matisse : “Je suis fait de tout ce que j’ai vu”.

Mots clés

  • Histoire

Ce dvd contient les films suivant :

Chantal Akerman par Chantal Akerman (Chantal Akerman – 1996)

Un autoportrait… Pourquoi pas ?
Chantal Akerman, écrivain, Chantal Akerman actrice, Chantal Akerman réalisatrice ! De Saute ma ville à Un divan à New York, les démarches sont multiples et les chemins discernables. Nous sommes en face d’un être qui n’additionne pas mais qui multiplie les images, les paroles, les sens, tout en revenant sans cesse aux fondations de son être et aux décors quotidiens essentiels. Belleville, Bruxelles, peut-être New York. L’appartement, la rue et le revisionnage des films mais aussi de nombreux documents tournés en marge du travail comme sur le tournage de Golden Eighties.

 

John Cassavetes (Hubert Knapp, André S. Labarthe – 1969)

Pendant longtemps, John Cassavetes sera connu comme acteur, mais c’est évidemment comme auteur de films qu’il apparaît dans ce portrait. Lorsque nous le rencontrons, il est déjà l’auteur de trois films : Shadows, film indépendant réalisé à New York, puis Too Late Blues et A Child is Waiting, deux expériences hollywoodiennes qu’il juge désastreuses. Il vient de terminer le montage de Faces dont le montage durera trois ans. C’est le film de la naissance d’un cinéaste que nous proposons.
Trois ans plus tard, Faces est terminé et Cassavetes fait une escale à Paris, en route pour le festival de Venise. Ce n’est plus le même homme qui s’exprime, mais un homme mûri qui se retourne sur lui-même et tire les leçons de son expérience. Un homme qui raconte l’Amérique, l’entreprise de Shadows, film de l’adolescence et de l’espoir, et celles de Faces, le film de l’âge mûr et du désenchantement.

 

Alain Cavalier, 7 chapitres, 5 jours, 2 pièces-cuisine (Jean-Pierre Limosin – 1995)

Vis-à-vis avec Alain Cavalier, dans lequel le cinéaste dénoue le petit fil incandescent qui relie toute son œuvre, des films (lumineux, graves, légers) avec stars (Delon, Deneuve) de ses débuts à son dernier travail (lumineux, grave, léger) avec une seule personne comme sujet de film. Parcours de la maturité à la jeunesse qui s’accorde parfaitement avec la phrase de Matisse : “Je suis fait de tout ce que j’ai vu”.

Découvrir d'autres films du même réalisateur-ice

  • André S. Labarthe
  • Janine Bazin
  • André S. Labarthe
  • André S. Labarthe
  • André S. Labarthe
  • André S. Labarthe
  • André S. Labarthe
  • Hubert Knapp
  • André S. Labarthe
  • Noël Burch
  • André S. Labarthe
  • André S. Labarthe
  • Janine Bazin
  • André S. Labarthe
  • André S. Labarthe
  • Janine Bazin
  • André S. Labarthe
  • Janine Bazin
  • André S. Labarthe
  • Janine Bazin
  • André S. Labarthe
  • André S. Labarthe
  • Hubert Knapp

D'autres pépites du monde documentaire

  • Alberto Yaccellini
  • assisté de Christian Monzinger