Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Naples revisitée par Ernest Pignon-Ernest

  • Laurence Drummond
  • Patrick Chaput
1988
30

Synopsis

A partir des collages réalisés à même les murs de la ville par Ernest Pignon-Ernest (né en 1942), Patrick Chaput et Laurence Drummond nous invitent à une découverte de Naples pendant les festivités de la Semaine Sainte. Alors que les fanfares s’exercent et que les processions s’ébranlent dans les rues, l’artiste parcourt la ville baroque à la recherche de surfaces murales propices à recevoir ses sérigraphies de cadavres caravagesques. L’artiste, attentif à la “peau” des murs, s’imprègne tout d’abord des sons et des couleurs des quartiers populaires. Puis, dans l’atelier, il étudie les poses de modèles vivants, mimant la gestuelle des personnages des tableaux réalistes de Caravage. Les polaroïds lui permettent d’isoler des détails dont il réalise des copies, au fusain ou à la pierre noire, qui seront ensuite sérigraphiées. Ernest Pignon-Ernest se transforme alors en colleur d’affiches: pour mieux les inclure dans le paysage urbain, il déchire les images intruses, révélatrices d’une histoire de l’art comme inscrite dans la texture murale de la ville. Le Christ en pied de “La résurrection” est ainsi posé à l’angle d’une rue, “David et Goliath” sur le rebord d’une fenêtre aveugle, le corps du Christ “s’échappe” d’un soupirail…

Mots clés

A partir des collages réalisés à même les murs de la ville par Ernest Pignon-Ernest (né en 1942), Patrick Chaput et Laurence Drummond nous invitent à une découverte de Naples pendant les festivités de la Semaine Sainte. Alors que les fanfares s’exercent et que les processions s’ébranlent dans les rues, l’artiste parcourt la ville baroque à la recherche de surfaces murales propices à recevoir ses sérigraphies de cadavres caravagesques. L’artiste, attentif à la “peau” des murs, s’imprègne tout d’abord des sons et des couleurs des quartiers populaires. Puis, dans l’atelier, il étudie les poses de modèles vivants, mimant la gestuelle des personnages des tableaux réalistes de Caravage. Les polaroïds lui permettent d’isoler des détails dont il réalise des copies, au fusain ou à la pierre noire, qui seront ensuite sérigraphiées. Ernest Pignon-Ernest se transforme alors en colleur d’affiches: pour mieux les inclure dans le paysage urbain, il déchire les images intruses, révélatrices d’une histoire de l’art comme inscrite dans la texture murale de la ville. Le Christ en pied de “La résurrection” est ainsi posé à l’angle d’une rue, “David et Goliath” sur le rebord d’une fenêtre aveugle, le corps du Christ “s’échappe” d’un soupirail…

Découvrir d'autres films du même réalisateur-ice

D'autres pépites du monde documentaire

  • Gideon Bachmann
  • Chris Marker
  • Mario Marret