Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Autocritique 68-98

  • Marie-Claire Schaeffer
1998
84

Synopsis

Marie-Claire Schaeffer a filmé quatre personnes, trois femmes et un homme, en 1968, en 1975 et en 1998. On découvre que chacune, à travers des itinéraires différents, a été profondément marquée par le mouvement de mai 68 et a fait preuve dans sa vie de fidélité à un idéal forgé à cette époque. La réalisatrice a su non seulement recueillir leur parole, livrée avec sincérité aujourd’hui comme hier, mais aussi capter des gestes, des réactions et des sentiments parfois douloureux à la vision des films d’autrefois. 

Ce film représente pour chacune des personnes filmées une sorte de bilan de leur engagement et peut servir à expliquer aux générations qui ne l’ont pas connu ce qu’a été en profondeur le mouvement de mai 68. Certains entretiens ont lieu en présence des enfants, adolescents au moment du dernier tournage, qui tentent de comprendre en posant parfois des questions. Les clivages au sein des familles, les engagements dans les mouvements gauchistes, féministes, même s’ils sont relus aujourd’hui de façon critique, ont laissé des traces profondes. C’est une “autocritique” mais en aucune façon un reniement. 

Mots clés

  • Engagement

Marie-Claire Schaeffer a filmé quatre personnes, trois femmes et un homme, en 1968, en 1975 et en 1998. On découvre que chacune, à travers des itinéraires différents, a été profondément marquée par le mouvement de mai 68 et a fait preuve dans sa vie de fidélité à un idéal forgé à cette époque. La réalisatrice a su non seulement recueillir leur parole, livrée avec sincérité aujourd’hui comme hier, mais aussi capter des gestes, des réactions et des sentiments parfois douloureux à la vision des films d’autrefois.

Ce film représente pour chacune des personnes filmées une sorte de bilan de leur engagement et peut servir à expliquer aux générations qui ne l’ont pas connu ce qu’a été en profondeur le mouvement de mai 68. Certains entretiens ont lieu en présence des enfants, adolescents au moment du dernier tournage, qui tentent de comprendre en posant parfois des questions. Les clivages au sein des familles, les engagements dans les mouvements gauchistes, féministes, même s’ils sont relus aujourd’hui de façon critique, ont laissé des traces profondes. C’est une “autocritique” mais en aucune façon un reniement.

Découvrir d'autres films du même réalisateur-ice

No results found.

D'autres pépites du monde documentaire

  • Pierre Perrault