Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Rue des Partants

  • Gilles Dinnematin
1995
52

Synopsis

Le quartier de Ménilmontant a été presque entièrement rebâti depuis les années 1950. Théâtre de toutes les politiques urbaines, sa démolition a parfois été facilitée par des incendies criminels et meurtriers. Une promenade dans le quartier, commentée en voix off par ses habitants, en retrace l’évolution. Pour les anciens, par cette reconstruction inconsidérée, c’est la vie que l’on a tuée.

La description nostalgique du village de Ménilmontant avant sa rénovation fait apparaître un mode de vie aujourd’hui oublié : sans télévision, les habitants se retrouvaient le soir devant leur porte, le boulanger apportait ce qu’il n’avait pas vendu ; un quartier vivant, avec ses commerçants, ses artisans, ses cinémas, ses bals et ses cafés. La population a été expropriée sans concertation ni proposition de relogement. Les pouvoirs publiques tâchaient officiellement d’éviter la spéculation, mais aux dires de certains, “ils ont fait pire encore”. Architectes et urbanistes ont fini d’achever le quartier : aucun lieu où se rencontrer, des loyers trop élevés pour les commerçants. Une nouvelle population s’est installée ; si elle ne réagit pas, elle entérinera cette cité dortoir.

Mots clés

Le quartier de Ménilmontant a été presque entièrement rebâti depuis les années 1950. Théâtre de toutes les politiques urbaines, sa démolition a parfois été facilitée par des incendies criminels et meurtriers. Une promenade dans le quartier, commentée en voix off par ses habitants, en retrace l’évolution. Pour les anciens, par cette reconstruction inconsidérée, c’est la vie que l’on a tuée.

La description nostalgique du village de Ménilmontant avant sa rénovation fait apparaître un mode de vie aujourd’hui oublié : sans télévision, les habitants se retrouvaient le soir devant leur porte, le boulanger apportait ce qu’il n’avait pas vendu ; un quartier vivant, avec ses commerçants, ses artisans, ses cinémas, ses bals et ses cafés. La population a été expropriée sans concertation ni proposition de relogement. Les pouvoirs publiques tâchaient officiellement d’éviter la spéculation, mais aux dires de certains, “ils ont fait pire encore”. Architectes et urbanistes ont fini d’achever le quartier : aucun lieu où se rencontrer, des loyers trop élevés pour les commerçants. Une nouvelle population s’est installée ; si elle ne réagit pas, elle entérinera cette cité dortoir.

Découvrir d'autres films du même réalisateur-ice

  • Gilles Dinnematin
  • Rachel Mizrahi

D'autres pépites du monde documentaire

  • Laurence Gall
  • Jean-Claude Rousseau