Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Philippe Jaccottet

  • François Barat
1991
56

Synopsis

La collection Les Hommes-livres comporte vingt portraits d’écrivains. Jérôme Prieur, écrivain et réalisateur de documentaires a été pour l’Ina directeur de cette collection. Ces portraits sont souvent des dialogues et à chaque fois les intermédiaires, écrivains, réalisateurs, critiques littéraires, éditeurs ou universitaires sont des familiers de l’œuvre capables de communiquer leur passion de lecteur.

L’écrivain d’origine suisse romande Philippe Jaccottet s’entretient avec Jacques Laurans dans sa maison de Haute-Provence où il est établi depuis 1953. Il parle de la poésie, qu’il considère comme “le langage le plus vrai sur l’essentiel”, qui doit “éclairer la réalité”, conception qu’il a approfondie à la lecture des œuvres de Rilke, Roud, Artaud et des écrivains rassemblés autour de la revue 84. Il cite aussi Hölderlin, qui s’est de plus en plus rapproché de la réalité pour y chercher les traces du sacré. Philippe Jaccottet témoigne aussi de son admiration pour les auteurs de haïku, capables d’éclairer les faits les plus ordinaires d’une lumière essentielle, atteignant par là à ce que la poésie offre de plus pur. Il évoque enfin le thème de l’innocence dans L’Idiot, l’une des œuvres dont il s’est le plus nourri.
Extraits de: L’Ignorant, Une transaction secrète, La Promenade sous les arbres, À travers un verger, À la lumière d’hiver, Cahier de verdure.

Mots clés

  • Jaccottet
  • Philippe : 1925

La collection Les Hommes-livres comporte vingt portraits d’écrivains. Jérôme Prieur, écrivain et réalisateur de documentaires a été pour l’Ina directeur de cette collection. Ces portraits sont souvent des dialogues et à chaque fois les intermédiaires, écrivains, réalisateurs, critiques littéraires, éditeurs ou universitaires sont des familiers de l’œuvre capables de communiquer leur passion de lecteur.

L’écrivain d’origine suisse romande Philippe Jaccottet s’entretient avec Jacques Laurans dans sa maison de Haute-Provence où il est établi depuis 1953. Il parle de la poésie, qu’il considère comme “le langage le plus vrai sur l’essentiel”, qui doit “éclairer la réalité”, conception qu’il a approfondie à la lecture des œuvres de Rilke, Roud, Artaud et des écrivains rassemblés autour de la revue 84. Il cite aussi Hölderlin, qui s’est de plus en plus rapproché de la réalité pour y chercher les traces du sacré. Philippe Jaccottet témoigne aussi de son admiration pour les auteurs de haïku, capables d’éclairer les faits les plus ordinaires d’une lumière essentielle, atteignant par là à ce que la poésie offre de plus pur. Il évoque enfin le thème de l’innocence dans L’Idiot, l’une des œuvres dont il s’est le plus nourri.
Extraits de: L’Ignorant, Une transaction secrète, La Promenade sous les arbres, À travers un verger, À la lumière d’hiver, Cahier de verdure.

Découvrir d'autres films du même réalisateur-ice

No results found.

D'autres pépites du monde documentaire

  • Jean-Yves Fischbach