Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Henry Bauchau : écrivain par espérance

  • Elisabeth Kapnist
2000
45

Synopsis

La collection Les Hommes-livres comporte vingt portraits d’écrivains. Jérôme Prieur, écrivain et réalisateur de documentaires a été pour l’Ina directeur de cette collection. Ces portraits sont souvent des dialogues et à chaque fois les intermédiaires, écrivains, réalisateurs, critiques littéraires, éditeurs ou universitaires sont des familiers de l’œuvre capables de communiquer leur passion de lecteur.

Né en 1913 en Belgique, le poète et romancier Henry Bauchau n’a commencé à écrire qu’après la seconde guerre mondiale. Il publie plusieurs ouvrages de poésie et, en 1966, “La Déchirure”. Mais c’est “Œdipe sur la route” (éd. Actes Sud, 1990) puis “Antigone” (1997) qui le font connaître. Il a longtemps vécu en Suisse avant de venir à Paris et c’est dans son appartement parisien que l’entretien est réalisé. Interrogé par Aliette Armel, il parle de sa psychanalyse avec Blanche Reverchon-Jouve, qui l’éveille à la nécessité d’écrire. Avec “La Déchirure”, texte autobiographique, il tente de mesurer en quoi ce travail analytique a été fécond pour son œuvre. Mais il rappelle à plusieurs reprises que c’est la poésie qui occupe une place centrale dans son œuvre. Au cours de l’entretien, il revient sur des thèmes abordés dans ses journaux : l’enfance, la mort, le théâtre, l’écriture et le processus par lequel les personnages s’imposent à l’écrivain et grandissent en lui. La lecture d’extraits de “Jour après jour”, “Journal” (1983-1989) et du “Journal d’Antigone” (1989-1997) est illustrée de photos appartenant à la collection privée de l’écrivain

Mots clés

  • Bauchau
  • Henry : 1913-2012

La collection Les Hommes-livres comporte vingt portraits d’écrivains. Jérôme Prieur, écrivain et réalisateur de documentaires a été pour l’Ina directeur de cette collection. Ces portraits sont souvent des dialogues et à chaque fois les intermédiaires, écrivains, réalisateurs, critiques littéraires, éditeurs ou universitaires sont des familiers de l’œuvre capables de communiquer leur passion de lecteur.

Né en 1913 en Belgique, le poète et romancier Henry Bauchau n’a commencé à écrire qu’après la seconde guerre mondiale. Il publie plusieurs ouvrages de poésie et, en 1966, “La Déchirure”. Mais c’est “Œdipe sur la route” (éd. Actes Sud, 1990) puis “Antigone” (1997) qui le font connaître. Il a longtemps vécu en Suisse avant de venir à Paris et c’est dans son appartement parisien que l’entretien est réalisé. Interrogé par Aliette Armel, il parle de sa psychanalyse avec Blanche Reverchon-Jouve, qui l’éveille à la nécessité d’écrire. Avec “La Déchirure”, texte autobiographique, il tente de mesurer en quoi ce travail analytique a été fécond pour son œuvre. Mais il rappelle à plusieurs reprises que c’est la poésie qui occupe une place centrale dans son œuvre. Au cours de l’entretien, il revient sur des thèmes abordés dans ses journaux : l’enfance, la mort, le théâtre, l’écriture et le processus par lequel les personnages s’imposent à l’écrivain et grandissent en lui. La lecture d’extraits de “Jour après jour”, “Journal” (1983-1989) et du “Journal d’Antigone” (1989-1997) est illustrée de photos appartenant à la collection privée de l’écrivain

Découvrir d'autres films du même réalisateur-ice

No results found.

D'autres pépites du monde documentaire